vendredi 27 février 2015

Mort de Leonard Nimoy, connu pour son rôle de Mr Spock dans Star Trek.



     L'acteur Leonard Nimoy, surtout connu pour son rôle de Mr Spock dans la série culte Star Trek, est décédé ce 27 février 2015 à l'âge de 83 ans. L'acteur était atteint d'une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie due à de longues années de tabagisme.

     Leonard Nimoy est né en 1931 à Boston, au sein d’une famille originaire d’Ukraine. Après des études d’art dramatique, il fait ses débuts sur le petit écran en apparaissant dans diverses séries telles que La Quatrième Dimension, Bonanza, Perry Mason ou encore Au-delà du réel.

Mr. Spock dans Star Trek : le rôle de sa vie.
     En 1964, c'est Gene Roddenberry qui imagine une série de science-fiction qui raconte les voyages d'un vaisseau spatial à travers l'univers. NBC produit un premier pilote, baptisé The Cage, mais insatisfaite du résultat, la chaîne décide d'en payer un second. Seul un personnage, Mr. Spock, incarné par Leonard Nimoy, survit au premier pilote.

     La série originale sort finalement sur NBC en 1966 et sera difusée jusqu'en 1969. Leonard Nimoy y incarne Mr. Spock, un personnage mi-humain, mi-vulcain. Spock était le contrepoids froid et extrêmement rationnel à l'impulsif capitaine James Tiberius Kirk, joué par William Shatner, et du médecin calme et posé du vaisseau Leonard "Bones" McCoy, interprété par DeForest Kelley.

     Après Star Trek, il a eu beaucoup de difficulté à trouver d'autres rôles, car il est resté fortement associé à la série de science fiction. Il incarne de 1969 à 1971 le personnage de Paris dans la série Mission impossible.

Une carrière de réalisateur.

     En plus de sa carrière d'acteur, Leonard Nimoy était un réalisateur accompli. Il a dirigé deux longs métrages de Star Trek, dont Star Trek IV: Retour sur terre qui a été l'un des mieux reçus par la critique. Il a également réalisé, en 1987, le film 3 Men and a Baby basé sur le film français Trois hommes et un couffin, mettant en vedette Tom Selleck.

     Il incarne pour la dernière fois le personnage emblématique de Mr Spock en 2013 dans Star Trek Into Darkness. Il y joue un Spock qui vient du futur. Zachary Quinto, incarne, quant à lui, le Spock jeune. « Si j'avais du être quelqu'un d'autre, j'aurai été Spock », disait-il.

Le Dernier Samaritain : présentation et répliques cultes.



Synopsis
     Le Dernier Samaritain (The Last Boy Scout, en V.O) est un film de Tony Scott, produit en 1991, mettant en scène Joe Hallenbeck (Bruce Willis), ancien agent des services secrets devenu un détective privé alcoolique, et Jimmy Dix (Damon Wayans) ancien joueur de football cocaïnomane. Suite au meurtre de Cory (Halle Berry), la petite amie de Jimmy Dix, les deux personnages travaillent ensemble pour retrouver les tueurs qui ont assassiné Cory.

Critique
     Un film à l'ancienne, comme on n'en fait malheureusement plus, dont le personnage principal joué par Bruce Willis ressemble fort à un mélange entre Martin Riggs et John McClane. Un anti-héros malchanceux et associal, à la réplique incisée et à la répartie cinglantes. Un film à voir (ou à revoir). Une sorte de Die Hard bis, mais avec un soupçon d'ambiance de L'Arme Fatale (scénario de Shane Black et BO de Michael Kamen oblige). Pour donner la réplique à Willis, l'acteur Damon Wayans que les plus jeunes connaissent surtout pour son personnage de Michael Kyle dans la série Ma famille d'abord.

Répliques cultes
Joe Hallenbeck : - Mike ?
Mike Matthews : - Ah Joe, j'te croyais encore à Las Vegas. J'allais te laisser un message.
[Joe lance un long rot.]
Mike Matthews : - A ta santé. T'as encore dû passer une bonne soirée.
Joe Hallenbeck : - J'ai forniqué avec un écureuil, il en est mort.
[...]
Mike Matthews [parlant d'une stripteaseuse] : - Elle est bandante, j'lui donne trois sur mon échelle de doigts : J'm'en couperais bien trois si le bon dieu me laissais la baiser.
Joe Hallenbeck : - Mets-lui un sur ton échelle de nez, que je vois plus cette horreur.
Mike Matthews : - Ahahaha... J't'emmerde. Tu avais p'têt des projets ?
Joe Hallenbeck : - J'comptais griller quelques cigarettes.
Mike Matthews : -Tu peux pas remettre ça à plus tard ?


Joe [à propos de sa fille] : - Elle baisera le premier venu a quatorze ans.
Sarah (la femme de Joe) : - Tu te rends compte que c'est moche de dire ça ?!
Joe : - Ça va Sarah ! Tu la laisse se maquiller on dirait un... un raton laveur. J'ai même faillit la descendre. J'l'avais prise pour un voleur la dernière fois...
Sarah : - Tu n'es pas drôle, toutes les filles de son âge se maquillent !
Joe : - Ouais, mais je suis sûr que les filles de son âge n'y vont pas avec un pistolet à peinture.

Mike : - Écoute, Joe...
Joe : - Tu baise la femme de ton ami !
Mike : - Attends, on va s'expliquer.
Joe : - Qu'est-ce qu'elle vaut ? Sur ton échelle de doigt, elle vaut quoi, ma femme ?
Mike : - C'est arrivé comme ça, Joe, c'est tout.
Joe : - Oui, oui, c'est... c'est la faute a personne... En fait, c'est pas de bol... C'est un accident, voilà. Tu as dû glisser sur le parquet, et puis comme par hasard t'es tombé la queue en avant sur ma petite femme...

[La voiture de Mike avec lui dedans vient d'exploser]
Sarah : - Qui est l'enflure qui a fait ça Joe ?
Joe : - Sûrement une contractuelle. Mais qu'est-ce que j'en sais.

Sarah : - T'es jamais là. Mais j'en ai ma claque moi d'être toujours toute seule le soir !
Joe : - Prends-toi un chien.
Sarah : - J'suis pas ton ennemie Joe c'est toi qui détruit tout.
Joe : - Oui... et dire que j'dois me supporter à longueur de journées.

Jimmy Wayans : - Tout ce que je sais faire c'est claquer du fric, boire et tringler tout ce qui me passe sous la main.
Le barman : - Alors reste de l'autre coté du bar

Joe : - L’eau mouille, le ciel est bleu, les femmes ont des secrets, c’est ça la vie...


Méchant : - J'ai rien contre toi.
Joe : - C'est ce que tu crois. Hier soir, j'ai baisé ta femme.
Méchant : - Ah oui tiens, et comment tu sais que c'était ma femme ?
Joe : - Elle disait que son mari avais l'air d'un vieux maquereau pourri qui puait de la gueule.
Méchant : - Alors toi t'es cool pour un gars qui va s'avaler un pruneau.
Joe : - J'ai baisé ta femme, vas jusqu’à deux.
[...]
Méchant : - Qu'est-ce que tu préfères, le cœur, ou la tête ?
Joe : - J'ai l'impression d'entendre ta femme.
Méchant : - Tu vas la fermer ta grande gueule ?!
Joe : - Demande moi si elle est grosse.
Méchant : - T'arrête un peu ? ... Alors ma femme est grosse ?
Joe : - Elle est si grosse que j'ai dû la rouler dans la farine pour savoir où elle mouillait. [Le méchant ricane] Elle a tant de cellulite tu lui tapes sur les cuisses et tu fais du surf. [Le méchant rigole] Elle est pas si grosse que ça, mais pour la prendre en photo j'ai dû louer un avion. [Le méchant éclate de rire... puis Joe lui éclate une canette dans la tronche]

Jimmy (à propos de Mike) : - Mais il n'a pas réussi sa sortie.
Joe : - Ouais... y'en a encore plein ma pelouse...

Joe : - C'est un froc en cuir ?
Jimmy : - Oui.
Joe : -Tu l'as payé cher ?
Jimmy : - 650 !
Joe : - 650 dollars ? 
Jimmy : -Oui
Joe : - Le pantalon ?
Jimmy : - Oui.
Joe : - Et tu sors avec ?
Jimmy : - Oui.
Joe : - Y'a la télé couleur dedans pour ce prix-là ?
Jimmy : - Même pas.
Joe : -J'me fais très vieux.

Le lieutenant Benjamin Bessalo : - On vient d'inventer un nouveau truc, le rasoir !
Joe : - Trop risqué : je pense à toi et j'ai plus qu'une idée en tête : m'ouvrir les veines.

Jimmy : - Tu pourrais jouer au football : t'es bien bâti.
Joe : - Et toi t'es pédé ?
Jimmy : - Nan, c’était pour rompre la glace.
Joe : - J'adore la glace. Lâche-moi, tu veux ?
Jimmy : - C'est sympa de discuter avec toi.
Joe : - J't'emmerde.

Joe : - Si on croise encore un admirateur, tu veux que je te prête mes lunettes noires ?
Jimmy : - J't'emmerde.
Joe : - T'as de la répartie !

Jimmy : - Je sais où elle cachait la clé.
Joe : - J'ai pas besoin de clé.
Jimmy : - Bon, d'accord pour la clé. Mais pour le système d'alarme ? C'est du sophistiqué, c'est moi qui l'ai installé. Mais tu sais comment le circonvenir, sans doute ?
Joe : - Le circonvenir ?
Jimmy : - Hé oui j'ai du vocabulaire. Tu lis beaucoup ?
Joe : - J'suis abonné à Nichons Magazine. Ça te va ?

Joe : - Ah l'amour... Tu devrais oublier ça.
Jimmy : - Tu crois pas en l’amour ?
Joe : - Je crois en l'amour, et même au cancer !
Jimmy : - C'est deux maladies ?
Joe : - Presque...

Joe : - Où est-ce que tu vas ?
Jimmy : - Aux cabinets, mais je t'en prie, viens me la tenir, j'ai pas le droit de porter des objets lourds...
Joe : - Je passe...

Méchant (s'adressant à Jimmy) : - Toi, tu la fermes, Dugland.
Joe : - C'est moi, Dugland. Lui, c'est Trouduc !

Joe : - Ces gars là son des méchants. Ils ont de vrais flingues, de vrais munitions. C'est dangereux !
Jimmy : - Danger, c'est mon deuxième prénom.
Joe : - Le mien c'est Cornélius, tu le répètes j'te tue.


Jimmy : - Tu as des gosses ?
Joe : - Une fille.
Jimmy : - Et est-ce qu'elle t'aime ?
Joe : - Non... Non, pas trop. Elle adore Prince, c'est affligeant.

[En arrivant devant la maison de Joe]
Jimmy : - Waouh une vraie maison ! J'imaginais une caverne, avec des cranes partout. On vient de me dételer et on m'a laissé en nage.
Joe : - Ça veut dire quoi ?
Jimmy : - C'est un truc d'équitation.
Joe : - Les blacks font du cheval, maintenant ?
Jimmy : - Depuis que les bagnoles sont trop dures à voler.
Joe : - Tu montes avec un chapeau de cow-boy ?
Jimmy : - Je me débrouille pas mal. J'pourrais emmener ta gamine. Elle a quelle âge ?
Joe : - Elle a treize ans. Et si je te vois lui tourner autour, je t'enfonce un parapluie dans le cul.

Darian (la fille de Joe) : - Tu t'es blessé au visage ?
Joe : - Non j'suis pas blessé du tout, j'ai toujours été comme ça !

Un flic : - J'ai une mauvaise nouvelle et une mauvaise nouvelle
Bessalo : - Commence par la mauvaise.

Méchant : - Tu fais le gars vachement à l'aise dans ses godasses. T'es toujours super cool hein ? Juste une fois j'ai envie de t'entendre hurler... de douleur.
Joe : - Mets-moi un rap, connard.

Méchant : - T'es venu tout seul ?
Jimmy : - Non, j'ai emmené les petits chanteurs à la croix de bois avec moi... Mais quoi, y'a que des cons, ici ?
Joe : - Non y'a que toi...


[Joe conduit à fond en voiture]
Jimmy : - Joe, si tu continues on va bientôt remonter le temps !

Jimmy : - C'est pas drôle. J'ai failli me la prendre [la balle] en pleine poire.
Joe : - Ça aurait été une perte terrible pour les beaux-arts.
Jimmy : - Eh, c'est la caisse de Marcone.
[Jimmy prend sa clé et raye tout un côté de la Rolls-Royce]
Jimmy : - J'en rêvais.
Joe : - T'aurais dû chier dessus...

Joe (en parlant de Marcone) : - Attends, Jimmy. Avec sa gueule, c'est normal qu'il casque pour baiser une femme.

Joe : - Ça me serait utile un associé... ça te plairait ?
Jimmy : - J'en sais rien, j'y connais rien au métier de détective.
Joe : - Oh, t'as rien à connaître. Sinon que dans les années 90', on ne cogne pas d'entrée, faut d'abord dire un truc cool. Tu vois ce que je veux dire ?
Jimmy : - Ouais du genre : je reviendrai !
Joe : - Ou alors tu lui balances un énorme coup de planche de surf et tu lui dis...
Jimmy : - Whoow c'est fun !
Joe : - Bravo c'est ça l'idée !

mercredi 25 février 2015

[Anecdote] David McCallum a été compositeur de musique.



     Beaucoup connaissent l'acteur David McCallum pour ses rôles dans Des agents très spéciaux, L'homme invisible, ou plus récemment NCIS : Enquêtes spéciales (dans le rôle de "Ducky" Mallard).

David McCallum joue Illya Kuryakin dans Des agents très spéciaux.


     Mais la plupart ont oublié que David McCallum a enregistré dans les années 60 quatre albums avec le producteur David Axelrod (Music...A Part of Me (Capitol ST 2432, 1966), Music...A Bit More of Me (Capitol ST 2498, 1966), Music...It’s Happening Now! (Capitol ST 2651, 1967), et McCallum (Capitol ST 2748, 1968).

     La pièce la plus connue de David McCallum reste sans aucun doute "The Edge" et a été plus tard samplée par Dr Dre.

     David McCallum n'officiait pas en tant que chanteur sur ces enregistrements, mais en tant que compositeur. En tant que musicien de formation classique, il a conçu un mélange de hautbois, cor anglais, et cordes avec guitare et de la batterie, et présentait des interprétations instrumentales de tubes du moment.



  
 


mardi 17 février 2015

Votre télévision sera-t-elle obsolète en 2016 ? Si oui, comment y remédier ?


     Ces derniers mois, plusieurs articles de presse affirmaient que votre vieille télévision pourrait bien devenir inutilisable en 2016. Une contre-vérité flagrante. Explications.

Les normes de compression vidéo.
     Avril 2016 sera marquée par l'abandon d'une double norme dans la diffusion de la TNT. En effet, aujourd'hui, deux types de compression vidéo coexistent et sont diffusés : le MPEG-2 et le MPEG-4 (sachant que le MPEG-4 est moins gourmand en ressources). En pratique, les chaînes en HD sont diffusés en MPEG-4, alors que les chaînes en SD,c'est à dire en définition normale, sont diffusés en MPEG-2.
     A compter d'avril 2016, toutes les chaînes (HD ou SD) seront diffusées à la norme MPEG-4. Techniquement, le but est de libérer de l'espace au niveau des relais de diffusion (ce qu'on appelle la bande passante, ici sur les fréquences des 700 MHz). L'espace de diffusion libéré sera réattribué aux opérateurs mobiles pour la 4G. 
     Conséquence de la disparition du MPEG-2 : Les téléviseurs compatibles uniquement avec le MPEG-2 ne recevront plus la TNT.

Votre télévision est-elle concernée ?
     Généralement, ce sont les télévisions produites avant 2008 qui pourraient être concernées, ainsi que les téléviseurs de moins de 26 pouces (68 centimètres) commercialisés jusqu'en 2009, qui pourraient également ne pas être compatibles avec la norme MPEG-4.
     Pour vérifier si votre téléviseur  fonctionnera encore avec la TNT, vous devez regarder la date d'achat de votre écran plat et fouiller un peu dans le mode d'emploi pour regarder avec quelles normes votre poste est compatible. Cela est forcément indiqué. Si vous l'avez acheté après 2012, aucun doute possible : il fonctionnera encore parfaitement en 2016.

Test pratique pour vérifier si vous êtes concerné.
     ► Si vous avez un écran plat qui fonctionne sur la TNT sans avoir ajouté un décodeur TNT : assurez-vous tout d'abord que votre TV n'est ni reliée à une box (Internet, câble ou satellite) mais directement à votre antenne-râteau. Zappez sur la chaine Arte (canal 7 ou 57). Si le petit logo Arte HD est en haut à droite de l'image, alors votre télévision est compatible. Sinon, si le logo est Arte, et non Arte HD, alors votre télévision ne sera pas compatible. Dans le cas d'une télévision non-compatible, passez au point suivant.
     ► Si votre télévision n'est pas compatible MPEG-4 :
Il existe plusieurs solutions simples pour que le poste continue à fonctionner normalement, TNT incluse.
- Les box Internet : Qu'il s'agisse d'une box Internet (avec option TV), câble ou satellite, elles servent toutes de décodeur (à condition de connecter votre télévision à la box, ce qui n'est pas toujours le cas dans le cas d'un appareil secondaire).
- Les décodeurs TNT : S'il est trop ancien, ou bas-de-gamme, il se peut qu'il ne soit pas compatible MPEG-4. S'il n'est pas trop ancien, vérifiez dans la notice s'il est compatible MPEG-4. 
     Si votre décodeur TNT n'est pas compatible, vous pourrez en acheter un nouveau pour une trentaine d'euros (tapez "Tuner TNT HD" sur un site marchand). Si le décodeur TNT HD n'est pas équipé d'une prise péritel (également parfois appelée SCART 21 broches), il vous faudra également acheter en plus un adaptateur de prise péritel - HDMI si votre téléviseur ne possède pas cette nouvelle connectique (3-5 euros).

Type de décodeur TNT HD conseillé.
     Afin de palier l'achat de l'adaptateur péritel - HDMI, je vous conseille un modèle du type METRONIC 441620, qui me parait un bon compromis entre prix/prestations/simplicité d'usage (voir chez CDiscount, par exemple). Vous pouvez le brancher directement sur votre télévision par un simple câble Péritel, et peut même vous permettre d'enregistrer votre programme sur une clé USB ou un disque dur (vendus séparément). Bien sûr, je vous propose ce modèle à titre indicatif. D'autres modèles MPEG-4 avec prise Péritel existent.
     Veillez également à vérifier si le décodeur que vous voulez est simple tuner (vous pouvez enregistrer ce que vous regardez) ou double tuner (vous pouvez enregistrer une chaîne, et en regarder une autre).

Conséquences sur l'image des chaînes TNT.
     Grâce à ce passage en MPEG-4, toutes les chaînes qui étaient diffusées en SD (France 3, France 4, France 5, France Ô, La chaîne parlementaire, D8, D17, W9, TMC, NT1, NRJ 12, BFM TV, iTélé, Gulli, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma et Planète+) passeront à la HD. Les six « nouvelles chaînes » avaient quant à elles commencé leur diffusion directement en HD. Ça, c'est le bon point !
     Cependant, comme il n'y aura plus « assez de place » au niveau des fréquences de diffusion, le débit des chaines HD va baisser de 40 %. Ainsi, l'image subira une dégradation de sa qualité... Ça, c'est le mauvais point.

Pouvez-vous demander une aide financière ?
     L’État a mis en place très prochainement une aide financière (soumise à condition). C'est en tout cas ce qu'indiquait le gouvernement il y a quelques mois : "un plan sera mis en place pour accompagner l'arrêt de la diffusion en MPEG-2 afin qu'aucun foyer ne souffre d'un écran noir à l'occasion de cette mutation."

     Alors, vous voyez que votre vieille écran cathodique increvable pourra fonctionner après 2016 !

lundi 16 février 2015

Projet de restauration de la Trilogie Marseillaise [Màj : 08/02/2016].


     Le petit-fils de Marcel Pagnol a récemment lancé une campagne de financement participatif pour aider à la restauration de la trilogie marseillaise. Il faut dire que les négatifs originaux de la Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol, composée de Marius, Fanny et César, sont dans un état de dégradation avancée. Les négatifs de Marius sont tachés, avec des moisissures, des déchirures et des collures endommagées, Fanny n'a jamais été restaurée jusqu'à présent et César présente de nombreuses collures endommagées. 

     Les trois classiques du cinéma français d'avant-guerre sont donc en danger, et il devient dès lors urgent de se pencher sur une restauration minutieuse et pérenne de ces négatifs dans leur format d’origine 1.20, d’en créer de nouveaux masters HD et d’en profiter pour les ressortir en salles ainsi qu’en Blu-ray afin d’accompagner le 120e anniversaire de la naissance de Marcel Pagnol en 2015. A noter que la trilogie avait déjà été édité en DVD en 2003, dans une version non-restaurée.

     Cependant, malgré les aides conjuguées du Centre National de la Cinématographie, de la Cinémathèque Française et d'Arte, il manquait encore 50 000 € pour une restauration partielle. C'est pourquoi Nicolas Pagnol  a mis en place une campagne de financement participatif.


     Finalement, la campagne s'est plutôt bien passé, puisque 75 400 € avaient été récoltés à sa fermeture, fin janvier 2015.

     Comme toute campagne de financement participatif, des « récompenses » étaient promises en fonction de la somme investie : de la carte postale au logo d’une société au générique du film en passant par un morceau de pellicule, des DVD, des Blu-ray, des affiches ou encore des invitations à divers événements.

« Ce qui manque, nous le mettrons nous-mêmes »
     Le montant récolté sur Ulule a donc financé une partie de la restauration de la trilogie. Pour compléter l'objectif et financer la totalité de la restauration, Nicolas Pagnol comptait sur de nouveaux partenaires qui ont rejoins l'aventure. « Ce qui manque, nous le mettrons nous-mêmes », a promis Nicolas Pagnol dans une interview accordée à Var Matin.

La restauration
     Les négatifs de la trilogie ont été confiés au laboratoire Digimage Classics de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), qui a pu constater que les négatifs, à base de nitrates composés de matière organique qui se décompose peu à peu, présentaient tous les défauts connus dans la restauration de films : rayures, éclats de gélatine, frottements ou taches d’encre. Il a donc fallu les consolider avant de les scanner. A ce stade de dégradation, tous les défauts doivent être corrigés image par image. Un travail titanesque lorsque l'on sait que chaque film comporte 14 bobines (soit environ 4 km de pellicule).
     Le premier film sauvé fut Fanny, le négatif le moins abimé, mais aussi celui qui n'a jamais été restauré. Suivirent César, puis Marius, le long-métrage le plus ancien.
« Jusque-là, les noirs étaient charbonneux, le son crachotait, le format d'origine n'était pas respecté. C'est une véritable renaissance ! », a déclaré l'héritier de Marcel Pagnol.


Où en est cette restauration, en février 2016 ?
     Les trois films sont restaurés, les DVD et Blu-ray sont normalement en court de livraison aux contributeurs. La diffusion de Marius et de Fanny ont eu lieu le 18 janvier 2016, sur Arte. César a été diffusé deux jours plus tard, toujours sur Arte, qui a contribué en partie au financement de la sauvegarde de ces chefs-d’œuvre.

     Les coffrets Blu-ray et DVD restaurés devraient être disponibles au 9 février 2016. Pour le moment, il n'y a que le site de la FNAC qui propose le coffret Blu-ray à 67,35 €, et le coffret DVD à 56,12 €.
     En espérant vivement bientôt avoir en main une belle version restaurée en Blu-ray.


Voir aussi :
L'hommage à Raimu par les créateurs d'Astérix.

mercredi 11 février 2015

Roger Hanin est mort.


     "Il est mort ce matin vers 10 heures à l'hôpital Georges Pompidou à Paris d'une détresse respiratoire", a déclaré à l'AFP son ami le réalisateur Alexandre Arcady. Roger Hanin est mort, ce 11 février 2015, à l'âge de 89 ans. Ça me fait bizarre d'écrire cet article, moi qui de manière humoristique répond parfois au téléphone en l'imitant avec cette tirade devenue culte : "Navarro j'écoute !".

     Surtout connu pour son rôle du commissaire Navarro (qu'il a tenu pendant vingt ans), il avait mis un terme à sa carrière "sans amertume ni nostalgie" à l'arrêt de Navarro en 2008.

     Le comédien était hospitalisé depuis plusieurs jours. Il était le beau-frère de François Mitterand de par son mariage en 1959 avec la productrice Christine Gouze-Rénal, sœur aînée de Danielle Mitterrand.


De son vrai nom Roger Lévy, il est né le 20 octobre 1925 à Alger. Il a souvent évoqué son enfance dans la basse casbah. Renvoyé du lycée à cause des lois antisémites de Vichy qui imposent un numerus clausus en Algérie pour les élèves juifs dès 1941, il devient engagé volontaire dans l'aviation en 1944. Roger Hanin se définit lui-même ainsi : « Mon vrai nom, c'est Lévy. Mon père s'appelle Joseph Lévy. Ma mère Victorine Hanin. À l'origine, c'était Ben Hanine. C'est une fille Azoulay. Je suis 100 % kasher sur le plan génétique. Je suis fils de communiste et petit-fils de rabbin. Je me sens très juif. »

     Entamant des études de pharmacie en 1944, un ami décorateur lui propose en 1946 de faire de la figuration théâtrale dans Le procès de Jeanne d'Arc. Ravi par l'expérience, il s'inscrit aux cours d'art dramatique de René Simon et Michel Vitold et se tourne vers le métier d'acteur.


     Tenant d'abord des petits rôles au théâtre et, à partir de 1952, au cinéma, prenant pour nom de scène celui de sa mère. On le reconnaît dans A bout de souffle, de Jean-Luc Godard (1960) ou, la même année, dans Rocco et ses frères, de Luchino Visconti.

     Jusqu'en 1979, Roger Hanin travaille très régulièrement en France et en Italie, tenant souvent des rôles de policier. Il s'essaie à la réalisation avec Le Protecteur (1974) et Le Faux-Cul (1975). En 1977, il fonde le festival de théâtre de Pau, afin, de son propre aveu, de tenir les rôles — dans Shakespeare ou Pirandello — qu'on ne lui propose jamais.
     En 1979, un jeune cinéaste né en Algérie, Alexandre Arcady, lui propose un rôle de père rapatrié d'Algérie dans Le Coup de sirocco. Roger Hanin a enfin trouvé sa place et la consolide en 1982, en devenant un parrain juif pied-noir dans Le Grand Pardon.

     En 1989, Roger Hanin devient le Commissaire Navarro, héros de la série télévisée éponyme. Désormais, l'essentiel de la carrière de Roger Hanin se passe sur le petit écran. C'est d'ailleurs pour la télévision qu'il marche sur les brisées de Raimu, reprenant d'abord le rôle du mari de La Femme du boulanger avant de s'attaquer à César dans une reprise de la trilogie marseillaise, pour le service public, succès d'audience. Son dernier long métrage sera Soleil, d'inspiration autobiographique, sorti en 1997.

     Après la mort de François Mitterrand, en 1996, Roger Hanin devient l'un des gardiens de la mémoire du président, publiant un recueil de souvenirs en 2000 (Lettre à un ami mystérieux). Reprochant au Parti socialiste d'exercer son « droit d'inventaire », il se rapproche alors du Parti communiste pour l'élection présidentielle de 2002.

      Suite à l'arrêt de sa carrière, en 2008, il fut victime d'un accident vasculaire cérébral en pleine rue en 2009. En raison de la dégradation de son état de santé, il est, à sa demande, placé sous curatelle de sa fille. Dans les derniers mois de sa vie, il est victime de fréquents troubles de la mémoire, incapable de marcher et presque sourd.

Roger Hanin, en 2003, avec Emmanuelle Boidron, qui incarne sa fille dans Navarro.

lundi 2 février 2015

Jacques Ciron : cette voix si particulière !



     Vous connaissez probablement sa voix devenue culte et si familière. Vous connaissez peut-être moins son visage. Second rôle très populaire au cinéma (Et Dieu… créa la femme, de Roger Vadim ; Le Cerveau, de Gérard Oury ; ou encore Les Ripoux, de Claude Zidi) et au Théâtre de boulevard, Jacques Ciron est un acteur français né en 1928. Il est surtout connus pour ses doublages et sa voix si atypique.

     Il prête régulièrement sa voix à Michael Gough (dans le rôle d'Alfred Pennyworth) dans Batman, de Tim Burton (1989), sa suite Batman : Le Défi, puis Batman Forever et Batman et Robin. Par extension, il double également Alfred Pennyworth dans la plupart des épisodes des séries animées de Batman. En outre il est la voix de Michael Gough dans Les Noces funèbres.
Nous avons également pu l'entendre doubler le Dr Edgemar (Roy Brocksmith) dans Total Recall, ou encore le Dr. Raymond Cocteau (Nigel Hawthorne) dans Demolition Man.



     Mais pour bon nombre d'entre nous, il est surtout la voix (qui nous a quelque peu terrorisé) du clown cabriolant « Grippe-Sou » (Tim Curry) dans le téléfilm Ça de 1990 (dans le 1er doublage de 1990, comme dans le 2e doublage de 2003).

     Jacques Ciron a également travaillé à plusieurs doublages pour Disney tels le Chapelier fou dans Alice au pays des merveilles (second doublage), ou encore le Seigneur Pélimore dans Merlin l'Enchanteur.

     Il serait toutefois injuste de faire un court portrait de Jacques Ciron en faisant abstraction de son immense carrière au théâtre, composée essentiellement de Théâtre de boulevard, mais aussi de grands classiques tels Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand ; Hamlet de William Shakespeare ; Jean de la Lune de Marcel Achard ; Le Tartuffe et Le Bourgeois gentilhomme, de Molière ; Docteur Jekyll et Mister Hyde, de Frédéric Dard, ou plus récemment Ma femme s'appelle Maurice ou La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco.


Interview de Jacques Ciron, par AlloDoublage.