jeudi 30 avril 2015

L'actrice et chanteuse Patachou est décédée.


     Elle était chanteuse, mais aussi actrice. Patachou, de son vrai nom Henriette Ragon, est décédée ce 30 avril 2015 à Paris, à l'âge de 96 ans.

Patachou, la chanteuse
     Elle a d'abord vécu de "petits boulots avant de rencontrer et d'épouser Jean Billon au début de la seconde guerre mondiale". Le couple a ensuite acheté une pâtisserie, puis un restaurant en 1948, transformé en cabaret devant le succès de la chanteuse repérée par un certain Maurice Chevalier.
     C'est dans son cabaret que de nombreux chanteurs ont fait leurs premiers pas, ou conforté leur succès (Hugues Aufray, Michel Sardou, Jacques Brel, Charles Aznavour...). C'est elle qui, quelques années plus tard, révèlera le grand Georges Brassens. C'est au début des années 50 qu'elle devint chanteuse, sous le pseudo de Lady Patachou, en reprenant des chansons telles que La Complainte de la butte, La Chansonnette, ou Nini Peau d'chien. Ainsi, elle se produira sur les scènes du monde entier, dont le célèbre Carnegie Hall, à New York.

Patachou, l'actrice
     Parallèlement à sa carrière de chanteuse, elle est également actrice pour Jean Renoir (French Cancan, 1954), Sacha Guitry (Napoléon, 1955), Leos Carax (Pola X, 2000) ou, plus récemment, Frédéric Auburtin (San-Antonio, 2004).
     Pour la télévision, elle a notamment joué dans les séries Orages d’été et Orages d’été, avis de tempête, diffusées sur TF1 en 1989 et 1990. Elle a été, en 2009, promue Officier de la Légion d’honneur.
     Elle restera à jamais une figure des Trente Glorieuses. "C'était une très vieille dame qui s'est éteinte doucement, gentiment, entourée de sa famille", a déclaré son fils, le chanteur-compositeur Pierre Billon.

mercredi 29 avril 2015

Un Blu-ray Director's Cut pour Commando, avec Schwarzenegger.


     Le film Commando, devenu culte, s’apprête à être enfin réédité en Blu-ray. En effet, la dernière édition de ce film en HD datait de 2008 et n'était pas vraiment à la hauteur (encodage MPEG-2 daté, master ancien...). Une occasion de redécouvrir avec joie ce film bien bourrin qui pète de partout, et ses répliques cultes.

Matrix : - Remember I promised to kill you last Sully? (Tu te souviens, Sully ? J'avais dit que je te tuerais le dernier)
Sully : - That's right Matrix! You said that!
(C'est vrai, Matrix, c'est ce que t'as dit !)
Matrix : - I lied.
(J'ai menti)

2 minutes de scènes supplémentaires, uniquement en VO.
     Alors, ne nous hâtons pas, cette version Director's Cut (montage du réalisateur, dans la langue de Jean-Baptiste Poquelin) ne contient en tout et pour tout que 2 minutes de film supplémentaires. Ces quelques scènes supplémentaires sont uniquement visionnable en VO, car non doublées. Ainsi, lorsque vous visionnerai le film en français, ces scènes commuteront automatiquement en VO sous-titrée.
     Il faut néanmoins reconnaitre que c'est la première fois dans l'hexagone que nous goûterons à cette version longue, puisque le précédent DVD Director's Cut n'était disponible qu'aux États-Unis.

Quels sont les changements par rapport à la version cinéma ?
     Premier changement : une simple réplique (de la VO) d'Alyssa Milano, qui passe d'un « Smash your face » plutôt soft à un plus crû « Kick your ass ». Un tel juron aurait fait désordre au pays de l'Oncle Sam, surtout de la bouche d'une gamine de 13 ans.
     Deuxième changement : des scènes de dialogues entre Cindy (Rae Dawn Chong) et John Matrix (Arnold Schwarzenegger) ont été ajoutées. Elles avaient été coupé au montage initial en raison de la diction anglaise de l'acteur autrichien, encore approximative à l'époque. De plus, elle laissait deviner que les antécédents militaires du personnage, et notamment plusieurs black ops peu avouables, n’eurent guère été politiquement corrects dans l'Amérique de Reagan.
     Dernier changement : l’anthologique séquence finale de vingt minutes d’action non-stop qui recèle en son sein l’une des perles du genre : la célèbre scène dite « du cabanon de jardin », où Matrix donne un tout nouveau sens à l'usage des outils de jardinage.



Alors, quel intérêt à cette nouvelle édition ?
     Le véritable intérêt de cette édition Blu-ray Director's Cut sera indubitablement son image et sa bande son, qui seront de bien meilleure qualité que dans la précédente édition, avec un nouvel encodage et surtout un nouveau master.
     Pour les puristes (dont je fais partie dans le cas présent), les 2 minutes supplémentaires restent quand même un argument de taille. A vrai dire, j'ai hâte d'avoir cette nouvelle édition en main.

Et les bonus ?
Les bonus de cette édition sont peu nombreux. Nous y trouvons le commentaire audio (plutôt mollasson) du réalisateur, Mark L. Lester. Disponibles également 2 Featurettes (On relâche la pression / Action pure) et une bande-annonce. Pas vraiment de quoi faire sauter une braguette (pour reprendre la réplique de Schwarzy dans True Lies).


Cette nouvelle édition, c'est pour quand ? Et à quel prix ?
Cette édition sera disponible le 1er juin 2015. Elle est pour l'instant affichée à 14,99 € en précommande.

Spécifications techniques :
Image : 1.85:1 encodée en AVC 1080p (24 images/sec)
Langues : Anglais DTS-HD MA 5.1 & Français DTS 5.1
Sous-titres : Français & Anglais
Durée : 1h 32 (version Director’s Cut)

Doublage :
     A l'époque, Daniel Beretta n'était pas encore la voix française de Schwarzy. Bien qu'il ait été doublé deux ans auparavant par Pascal Renwick dans le premier Terminator (il le doublera de nouveau dans Running Man), c'est cette fois Richard Darbois (Buzz l'éclair, Harrison Ford, Jeff Goldblum dans La Mouche et Jurassic Park, Biff Tannen dans Retour vers le futur) qui s'y colle (expérience renouvelée dans Predator).
     Face à Richard Darbois, Jacques Frantz (Robert de Niro, Mel Gibson) double Vernon Wells pour le personnage de Bennett. Quant à Maïk Darah (Whoopi Goldberg, Courteney Cox), elle double ici Cindy (Rae Dawn Chong).

lundi 13 avril 2015

Une nouvelle bande-annonce et l'affiche de Terminator Genisys ! [Màj : 27/05/2015]


     Le prochain film de la franchise Terminator, qui s'appellera Terminator : Genisys, sortira en France le 1er juillet 2015. En attendant, une nouvelle bande-annonce vient d'être dévoilée.
Cette bande-annonce nous donne tout ce que l'on peut attendre d'un Terminator, à savoir : un Arnold Schwarzenegger qui nous prouve qu'il est revenu, de l'action, des robots, des courses-poursuites, des voyages à travers le temps (et les paradoxes temporels qui leur sont inhérents)...

     Attention à ce "trailer" qui, s'il nous montre beaucoup d'action, dévoile aussi une bonne partie de l'histoire (peut-être même trop à mon goût), ce qui enlève beaucoup de l'effet de surprise espéré, en dévoilant qui est le grand méchant de l'histoire...

     En voici néanmoins le propos :
     Lorsque le leader de la résistance John Connor (Jason Clarke), envoie le sergent Kyle Reese (Jai Courtney) en 1984 pour protéger Sarah Connor (Emilia Clarke) et préserver l'avenir de l’humanité, des événements inattendus provoquent une fracture temporelle. Le sergent Reese se retrouve alors dans une nouvelle version du passé, où il est confronté à des alliés improbables, dont le Guardian (Arnold Schwarzenegger), et à de nouveaux ennemis. Il est chargé d'une mission inattendue : reprogrammer le futur... 

     Un brin compliqué mais diablement intriguant !


dimanche 5 avril 2015

Citizen Kane va enfin sortir en Blu-ray ! [Màj : 28/04/2015]


     Cette année, Citizen Kane, le premier film d'Orson Welles, considéré comme l'un des plus grands films de l'histoire du cinéma, fête ses 74 ans. Comment fêter dignement cet anniversaire ? Eh bien en sortant ce bijou cinématographique, sorti en 1941, dans une édition Blu-ray prestigieuse.

     En effet, le 13 Mai 2015, vous pourrez redécouvrir ce grand classique en Blu-ray dans une nouvelle version entièrement restaurée en 4K depuis le négatif nitrate du film.
     « Pour recréer l’aspect original du film et endiguer les ravages du temps, nous avons dû nettoyer, image par image, un interpositif belge de 1941 que nous avions scanné en 4K, explique Janet Wilson, responsable de l’étalonnage chez Warner Bros Motion Picture Imaging. Pour certaines séquences, nous avons aussi utilisé une copie prêtée par le Museum of Modern Art ».

Bien évidemment, le Blu-ray ne vient pas tout seul puisque le coffret contient également le DVD du film, sa copie digitale offerte au format UltraViolet, un livre avec storyboards, anecdotes sur le film et le tournage, affiches et documents d'époque (88 pages), des scènes coupées, le commentaire audio de Roger Ebert et de Peter Bogdanovich (119 min), des entretiens avec Ruth Warrick (5,38 min) et Robert Wise (3,02 min), des actualités d'époque sur la première du film (1,03 min), une galerie photos commentée par Roger Ebert (10,53 min), des bandes-annonces ainsi que Orson Welles : Shadows & Light, un documentaire inédit (2014 - 52 minutes).

     Pour les plus impatients, le coffret est déjà disponible à la précommande via Amazon. Il va sans dire que ce coffret s'annonce indispensable pour tout cinéphile.

     Ce coffret sera donc disponible à partir du 13 mai au prix indicatif de 49,99 €. Cher, mais indispensable.