jeudi 3 novembre 2016

Les Vieux de la Vieille : résumé, anecdotes et répliques cultes.


     Le film Les Vieux de la Vieille est tiré du roman éponyme de René Fallet. Alors que le roman se situait dans l'Allier, le film se situe en Vendée. L'adaptation en film a été faite par René Fallet, Gilles Grangier et Michel Audiard, qui a également écrit les dialogues.
     Jean-Marie Péjat, réparateur de vélo joué par Jean Gabin, et Blaise Poulossière, éleveur de cochon joué par Noël-Noël, habitent Tioune depuis toujours. Ne crachant jamais sur un verre de vin, ces deux vieux ronchons ne ratent jamais une occasion, pour rigoler, d'envoyer paître les autres habitants de leur petit village vendéen. Et ce jour là, la fête allait être complète pour eux, puisqu'un troisième compère, Baptiste Talon, retraité de la S.N.C.F joué par Pierre Fresnay, était de retour au village. De retour, oui et non, puisqu'il a pour projet de se rendre à l'hospice de Gouyette pour y couler des jours paisibles. Le père Malvoisin, un ancien cheminot habitant à Gouyette, lui a promis là-haut un litre de vin le midi et une chopine le soir, et le chauffage central.
     Après quelques bisbilles entre eux et avec les habitants du villages, les trois larrons décident finalement d'aller tous les trois à Gouyette. Mais l'hospice en question sera-t-il à la hauteur de leurs attentes ?

Lieux de tournage 
     Le village d'Apremont, en Vendée, est devenu pendant quatre mois Tioune, et la majeure partie des scènes y ont été tournées. Cependant, certaines scènes ont été tournées non loin d'ici, comme celle du cimetière, à La Chapelle-Palluau ou celle du terrain de foot, à Coëx. Le lieu des retrouvailles entre Catherine et les trois pépés  est le château de l'Audardière, à Apremont. Le bâtiment de Gouyette se trouve, lui, à La Chaize-Le-Vicomte.
     Alors qu'Apremont est aujourd'hui touristique, elle était à l'époque très rural : peu de voitures, beaucoup plus de carrioles avec des chevaux, peu de téléphone... L'équipe du film a tenu à faire travailler les gens du coin.
     Les principaux acteurs sont arrivés un mois avant le tournage, afin de d'imprégner de l'ambiance du village et du patois local. Jean Gabin habitait un bel hôtel sur le remblais des Sables d'Olonne. Pierre Fresnay avait loué une petite maison tout à côté de l'église d'Apremont, et Noël-Noël avait trouvé un hébergement discret dans les environs d'Apremont. 
     Noël-Noël a laissé au village le souvenir de quelqu'un de discret, sobre, très fin et impeccable dans son comportement ! Particulièrement sympathique aussi ! Pierre Fresnay était proche des gens du village et se faisait appeler par son prénom. Il vivait au milieu du village ! Jean Gabin était le bourru, mais gentil tout de même et très bon vivant !


     Témoignage de Gilles Grangier à propos du tournage :
     "Sur le plateau, il y a eu des moments extraordinaires. Il y a des scènes au bistrot que j'ai été obligé de tourner avec plusieurs appareils parce que je ne pouvais raccorder les gars. Ce n'était pas possible de leur demander de refaire les mêmes conneries. J'ai compris cela très vite et j'ai pris plusieurs caméras ce qui n'était pas l'affaire des opérateurs qui ne pouvaient éclairer convenablement.
Je faisais les scènes importantes le matin parce que nous avions des déjeuners très arrosés : c'est là que le vieux (Gabin) me disait en se levant de table : "Cet après-midi tu me prends de dos ! T'as-vu ma tronche ? Je suis rond comme une pelle à feu, papa, alors tu me prends de dos !"

Les meilleures répliques
L'église sonne, le livreur arrive au bar.
Le livreur : - Ben dites-donc, elle retarde votre patraque, là !
Un client : - Non, c'est l'père Guillaume qu'est en avance.
La serveuse : - L'père Guillaume, c'est notre sonneur. Il aime bien déjeuner à midi et diner à six heures. Alors, comme il habite à un quart d'heure de marche, il le prend en avance, son quart d'heure. Du moment qu'on l'sais, hein !
Le livreur : - Ben i f'rait beau qu'on voit ça par chez nous.
Jean-Marie : - Ben qui qu'c'est t'y qui vous empêche d'y rester par chez vous ? On vous d'mande t'y à quel heure elles sonnent vos cloches ? On s'en fout, nous. C'est t'y pas vrai, Blaise ?
Blaise : - C'qui s'manigance dans vos confins, non seulement on s'en fout, mais ça nous dégouterait plutôt.
Le livreur : - Qu'est-ce qui leur prend ? Qu'est-ce qu'ils ont ?
Jean-Marie : - Ils ont, ils ont qu'i sont chez eux. Pis qu'i n'ont plus l'âge de se laisser casser les sabots par des opinions étrangères et conifiantes. V'là c'qu'i z'ont.

Blaise, parlant de son fils : - I m'traite comme un vieux, et ça me fait malice. Et coucher tôt, et la tisane, et la flanelle... Boh... Et à table, le pinard, de l'eau dedans, comme si j'avais six mois. C'est pas d'ma faute si j'ai soixante-cinq ans. J'ai mis assez de temps pour les avoir.


Blaise : - Dis-donc, entre nous, c'était une belle femme, l'Adèle Talon.
Jean-Marie : - Oooh, l'était gracieuse, mais peau de pêche en dehors, peau d'hareng en d'dans, un caractère que ça a pas du s'arranger, va. On va bin trouver un moyen pour les faire fâcher.

Baptiste, en sortant du car : - Quand même. J'suis pas près de r'voyager dans c'te sacré cariole. Ça vient t'y les bagages ? Si j'avais pris le train, j'aurais au moins pu me dégourdir les jambes dans un couloir, et pis aller aux toilettes.
Le conducteur de car : - Vot' train, vot' train. Fallait l'prendre, vot' train.
Baptiste : - De mieux en mieux. Malpoli par dessus le marché. Y'a pas à dire, dans la vie, y faut toujours se fier aux apparences : quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canard, c'est un canard. Et c'qu'est vrai pour les canards l'est vrai aussi pour les p'tits merdeux.
Jean-Marie : - Bravo mon gars.
Blaise : - Bien dit, mon Baptiste.
Le conducteur de car : - Dites-donc, les gars, j'pourrais p'têt vous apprendre qui j'suis.
Jean-Marie : - Point la peine, l'Baptiste vient d'nous l'dire !

Blaise : - Note bien, y'a pas trop à rouspéter. L'âge de la retraite, tu l'as.
Baptiste : - C'est pas une question d'âge, c'est une question de capacité.
Blaise : - Beh justement. T'est t'y encore c'que t'étais ?
Baptiste : - Quatorze de tension, qu'on m'emmerde pas. Et des réflexes de conscrit. et un ciboulot comme neuf. Tiens, Jean-Marie, toi qu'est impartial, est-ce qu'on se prive d'un homme qui a parcouru pendant trente-cinq ans la ligne Pithiviers-Étampes-Pithiviers ? Pithiviers-Étampes-Pithiviers tous les jours. Vous savez t'y c'que ça fait ? Ça fait dix fois l'tour du monde.
Un client du bar : - Les voyages, on a beau dire. Y'a rien de tel pour voir du pays.
Un autre client du bar : - Beh j'pense bien. C'est pas les curiosités qui manquent.
Un autre client du bar : - Ah moi et ma femme, on en cause souvent. C'qu'ont aurait aimé connaitre, nous autres, c'est le temple d'Angkor. C'est rare, ça, le temple d'Angkor.
Jean-Marie : - J'pense bin qu'c'est rare, surtout entre Étampes et Pithiviers. J'voudrais point faire d'peine à personne, Étienne, mais plus con qu'toi c'est rare aussi.

Jean-Marie : - Les fêtes aux escargots, j'en n'ai raté qu'cinq dans ma vie : les années 14, 15, 16, 17, 18. Quand c'était qu'c'est qu'j'étais aux Dardanelles, et pis qu'aux Dardanelles y'avait point d'escargots. J'suis allé plus loin qu'Verdun et la Somme, moi. J'ai pas fait une guerre ed' feignant.
Baptiste : - Qui a fait une guerre ed' feignant ?
Blaise : - T'oserais insulter ceux qui ont péri sous les obus. Pendant qu'd'autres faisaient danser les moukères ? Fi’ d'garce !
Jean-Marie : - Cré vin dieu. Vous n'allez tout de même pas comparer vos bains de boue à mes turqueries...

Jean-Marie : - Pourquoi qu'c'est t'y qu'taleur, t'as pris le pétin quand l'Blaise et moi on t'a parlé de ta femme ?
Baptiste : - Vin Dieu d'fumelle. Si j'étais l'directeur du choléra, y'a longtemps qu'elle s'rait morte.

Jean-Marie : - Bin voyons... Y sont bien mieux là qu'au bistrot. Y prennent l'air. Si j'te disais, mon Baptiste, qu'l'année dernière, rien qu'en comptant leu's avant-centres, leu's inters, pis l'gardien d'but qu'y z'appellent çà et bien y z'ont eut un tibia, une rotule ed' cassée, puis une fluxion d' poitrine... Tu n'vas pas m'dire qu'on avait ces rendements-là avec l'picon-citron.

L'arbitre : - Et bien, messieurs... Qu'est-ce qui s'passe ? Qu'est-ce qu'y a ? Vous avez caché le ballon ? J'vous préviens, messieurs, que j'suis arbitre fédéral.
Jean-Marie : - Vous êtes t'y anglais ?
L'arbitre : - Bein, non...
Jean-Marie : - Bon, bein, pour moi, un arbitre qui n'est pas anglais, c'est rien de moins qu'un tcho merdaillon en culotte courte qui joue avec un sifflet. Allez donc mettre un pantalon long, jeune homme.

Un joueur : - Bon, alors, les gars, si on n'trouve rien dans l'jardin, y'a qu'à aller fouiller dans le bric-à-brac.
Jean-Marie : - Le premier qui s'aventure dans l'entrepôt ou dans les coursives, je l'tire comme un lapin. J'ai un coup de 7 à droite, un coup de 5 à gauche. J'vais en faire un doublé d'connards.
Baptiste : - Mollis pas, Jean-Marie. T'as la loi pour toi.


Jean-Marie : - Hooooooooo, vous l'entendez dire çà, mes vieux gars ? Cré bon dieu de veau. Si on l'avait su qu'on nous causerait comme çà, on aurait fait exprès de la perdre...
Un client : - De perdre quoi ?
Jean-Marie : - La guerre d'14.

Jean-Marie : - Et bin, j'dis que quand c'est qu'on est vieux, on sait quand c'est qu'on se baisse mais on sait pas quand c'est qu'on se relève.

Blaise, essayant tant bien que mal de remplir un formulaire : - C’est pas les yeux qui sont mauvais. C’est les bras qui sont trop courts.

Baptiste : - Pourquoi qu't'as apporté des fleurs, vieux marteau ?
Blaise : - Parce qu'on passe devant le cimetière, et j'veux pas partir sans dire au revoir à la Marie.
Baptiste, à Jean-Marie : - Dis-donc, toi qu'avait dans l'idée de rire un peu sur la route, v'là qu'ça commence par l'cimetière.
Baptiste, à Blaise : - T'aurais p-têt mieux fait d'y porter des nénuphars, ça y aurait rappelé des souvenirs, à la Marie (en référence à la femme de Blaise, noyée dans l'étang).
Blaise : - Qu'est-ce tu viens d'oser d'dire là ? Vilain Cocu !
Baptiste : - Sale ventre-à-choux. Comment qu'tu m'as appelé ?
Blaise : - J'ai dis qu'ton Adèle, y'a qu'le train qui y était pas passé dessus !
Baptiste : - Retire ça tout de suite, ou bien ton cimetière tu vas le visiter en client.

Blaise : - Alors, tu vois, la Marie, ça y est, j'pars à Gouyette. Si t'étais pas partie, j'y partirais pas. Mais, puisque t'es partie, j'y pars. J't'ai apporté des mimosas. je sais qu't'aimais pas beaucoup ça mais j'ai rien trouvé d'autre. J'pouvais tout de même pas t'apporter un chou-fleur.

Un automobiliste : - Dites-moi, mes braves, vous êtes du pays ?
Jean-Marie : - Ben, quoi qu'çà peut y foutre ?
Blaise : - C'est des touristes, y doivent faire la Vendée.
Baptiste : - Y n'ont qu'à la faire en chemin de fer. Avec le train tu prends un billet pour un endroit, t'arrives à c't'endroit et t'emmerde personne.
Un automobiliste : - J'voudrais aller à Tioune. C'est pour voir les curiosités du coin.
Jean-Marie : - Ben y'en n'a plus. Elles sont en marche, les curiosités.

Le conducteur de car : - Ah, c'est vous !
Baptiste : - Qui c'est qui vous a d'mandé d'vous arrêter ? A c't'heure, on traque le promeneur paisible ? C'est du racolage, ça.
Le conducteur de car : - Beh je m'suis arrêté parce que vous m'avez fait signe !
Baptiste : - Moi... ? J'aimerais mieux marcher de Charente jusqu'au Tibet que de d'mander à un foutriquet de routier de m'prendre dans sa carriole.
Le conducteur de car : - Et bien, méfiez-vous. Parce que si j'vous revois, moi, j'vous écrase. Et puis, j'n'ai pas d' temps à perdre: il faut que j'aille jusqu'à Aizenay.
Baptiste : - Si vous y allez aussi vite que j'vous emmerde, pour une fois, vous serez en avance sur l'horaire.


Jean-Marie : - Dites donc: vous n'avez point le droit de r'fuser d'servir. Moi, j'ai fait 10 kms sans boire. D'abord, c'est une question d'humanité.
Le patron du bistrot : - Foutez-moi le camp !
Jean-Marie : - Bon, bein… J'vous préviens: j'vais porter plainte à la croix-rouge.

Jean-Marie voit un gendarme avec sa chaine de vélo à la main.
Jean-Marie : - Beh quoi c'est t'y qu'y a ?
Le gendarme : - J'viens d'pêter ma chaine.
Jean-Marie : - Hoo, c'est point étonnant. C'est une Zodiak.
Le gendarme : - C'est pas une bonne marque ?
Jean-Marie : - Bin, c'est d'la pourriture. Bin, c'est comme vot'vélo. D'abord, y en qu'une de marque, c'est l'Hirondelle, le reste, c'est d'la merde en tube... Tiens, vot' clou-là, c'est d'l'aciérie. J'suis sûr qu'ça a été monté par des polonais. C'est pas pour médire des étrangers parce qu'en n'a qui s'y connaissent : les suisses, les italiens, y sont pas bons pour la guerre. Mais, pour l'vélo, y s'y connaissent. Les polonais, c'est d'bons soldats, mais, pour l'vélo : pffffffff...
Le gendarme : - Vous m'avez drôlement fort en histoire et en géo. Seulement, ce n'est pas avec la géographie que je m'en tirerais.
[...]
Le gendarme : - C'est quand même mieux d'être du métier.
Jean-Marie : - Ah ben ça, pour trouver un spécialiste comme moi en Vendée, faut au moins aller dans les Deux-Sèvres, si c'est point en Charente.

Jean-Marie : - On est perdus, on est perdus... on est égarés. Si seul'ment y faisait nuit.
Blaise : - Ah bin, ça s'rait complet.
Jean-Marie : - Hoooo, je me repérerais à l'étoile polaire.
Blaise : - Baptiste, fout z'y un coup de pied. Moi, j'ai plus la force.
Jean-Marie : - Puis, si l'étoile polaire elle suffit pas, j'me guiderai sur la mousse des arbres. Ça indique eul'nord.
Baptiste : - L'nord, on s'en fout. Gouyette, c'est à l'ouest.

Blaise, devant Gouyette : - Baptiste, rentre pas la-d'dans. C'est le Cayenne des vieux, Baptiste !

La Mère : - Voilà deux jours qu'on vous cherche partout !
Jean-Marie : - Beh on était égarés dans les bois. Ça peut bin arriver, non ?
La Mère : - Égarés ?
Jean-Marie : - Oui.
La Mère : - Dans les cafés des environs. Nous sommes au courant.
La Mère, à Blaise : - Qu'est-ce que c'est que ce bidon ?
Blaise : - Un souvenir de la Guerre de 14-18.
La Mère : - C'est de l'alcool ?
Blaise : - Oui.
La Mère : - Interdit.
La Mère vide le bidon du Blaise.
Blaise : - Oh, les vieux gars, de la gnôle qu'a quinze ans de fût !
Baptiste : - Mademoiselle.
La Mère : - "Ma Mère", si ça ne vous fait rien !
Baptiste : - Ma Mère ? Ben ma Mère, je tiens à vous signaler que nous sommes ici avec recommandation. Je suis un amis personnel de Gaspard Malvoisin.
La Mère : - Le pauvre Monsieur Malvoisin est mort.
Jean-Marie : - Oooh !
La Mère : - Il y a trois mois.
Jean-Marie : - Il est mort, Malvoisin ? Ben nous manquait plus qu'ça, les gars.
[...]
Jean-Marie : - Beh ça y est, on est piégés, mes vieux gars...

Blaise : - Beh qu'est-ce que c'est qu'c'te soupe ? C'est pas d'la soupe, c'est d'la flotte, dis, toi, hé !
Baptiste : - On peut p'têt plus casser des noix avec, mais on a 'cor des dents, vous savez. Beh j'croyais d'après mon ami Malvoisin qu'on avait droit au pinard.
La sœur : - Un litre par semaine.
Baptiste : - Abus de confiance, obscurentisme. Vive la laïcité.
Jean-Marie : - Ah beh à c't'heure, on sait d'quoi il est mort, eul' pauv' Malvoisin. Il est mort bin d'soif.
Baptiste : - Il est même mort en état de pêché mortel avec les menteries qu'il m'a faite.

samedi 10 septembre 2016

Les meilleurs répliques de "Archimède le clochard", écrites pas Michel Audiard.


     En 1958, Gilles Grangier réalise un film sur une idée de scénario proposée par Jean Moncorgé, autrement dit Jean Gabin. De cette idée de scénario naîtra un scénario entier de Albert Valentin, avec des dialogues signés par Michel Audiard. C'est ainsi que naîtra Archimède le clochard.

Résumé :
     Archimède est un clochard assez atypique. Hors de question pour lui de se saouler au gros rouge, il préfère largement le Muscadet. Il est instruit, et surtout très malin. Se refusant de dormir sous les ponts, il squatte un immeuble en construction. Jusqu'au jour où des ouvriers viennent installer le gaz. Marteaux-piqueurs et autres bulldozers auront raison de la patience d'Archimède qui, afin de passer l'hiver au chaud, fera le nécessaire pour aller en prison. Malheureusement pour lui, la sentence du tribunal ne lui permettra pas de dormir au chaud assez longtemps. Mais le vieil Archimède est malin et a plus d'un tour dans son sac.

Critique :
     Ce film avec, entre autre, un Jean Gabin au mieux de sa forme, un Darry Cowl si parfait en clochard poltron et maladroit et un Bernard Blier en nouveau taulier d'un bistro, est une perlé méconnue à (re)découvrir, ne serait-ce que pour les dialogues d'Audiard et le personnage d'Archimède, atypique et souvent hilarant.

Dialogues :
Arsène : - On m'enlèvera pas de la tête que le boulot, c'est une habitude. Tiens, la preuve, ils l'ont bien prise, eux.
Archimède : - C'est comme si tu disais que la vérole est une habitude sous prétexte qu'il y en a qui l'attrape.
Arsène : - J'te parle boulot, tu réponds maladie. C'est de bonne foi...
Eh, là. Vous pouvez pas aller faire vos p'tites conneries ailleurs, non ?
Archimède : - Permets-moi de te dire que si moi je suis de mauvaise foi, quand toi tu viens défendre le boulot, t’envoies un peu loin le paradoxe.
Arsène : - J'préfère pas te répondre. Tu me fatigue.
Archimède : - C'est le mot paradoxe qui t'emmerde, parce que tu sais pas ce que ça veux dire. La v'là, la vérité.
[...]
Arsène (montrant l'usine) : - Eux, au moins, sont à l’abri, là-bas.
Archimède : - Beh qu'est-ce que t'attends pour faire comme eux, pour t'abriter ? T'as qu'à acheter les quotidiens du soir, c'est plein de demandes. Offre d'emploi qu'ils appellent ça, leur piège à bagnard. Une bonne lecture.

Archimède (aux ouvriers qui construisent l'immeuble dans lequel il squatte) : - Eh, là. Vous pouvez pas aller faire vos p'tites conneries ailleurs, non ?
[...]
Archimède : - Vous n'allez tout de même pas recommencer avec vos tremblements de terre !
Un ouvrier : - J'vous emmerde. On pose le gaz.
Archimède : - Le gaz... Y'a six mois, c'était l'eau, demain ça s'ra l'téléphone ! Vous ne pouvez pas grouper tout ça une seule fois pour toute, non ?

Arsène : - Pour quelqu'un qui sort du lit, tu m'a l'air bien énervé.
Archimède : - Y'a de quoi, j'ai des ouvriers chez moi. Je viens de discuter avec les architectes, on m'installe le gaz.
Arsène : - Le gaz ? Sans blague. Le vrai gaz ?
Archimède : - Le vrai gaz !
Le barman : - Et vous vous plaignez...
Archimède : - Oh vous, ça va comme ça. Les marteaux-piqueurs aujourd'hui, ça veut dire les bulldozers demain. Et ça pendant huit heures. Parce qu'ils font la journée de huit heures, je les connais moi, ces cons-là. J'les ai déjà eu l'année dernière quand ils m'ont installé l'eau. T'aurais cru la fin du monde, j'ai été obligé de foutre le camp pendant trois mois.


Archimède : - A partir de novembre, je ne connais que deux solutions convenables : la prison ou la Cote d'Azur. Ça, c'est mon truc.
Arsène : - T'y est déjà allé ?
Archimède : - Oui Monsieur, mais je ne supporte pas la nourriture.
Arsène : - C'est pas de la prison que je te parle, c'est de la Cote d'Azur.
Archimède : - Moi aussi, c'est de la Côte d'Azur. Je ne digère pas l'huile d'olive.
[...]
Archimède : - La liberté, c'est de faire ce qu'on veut. Y compris d'aller en taule quand on en a envie.

Le barman : - Écoutez-moi Archimède. J'vous paye un Muscadet, là. Sur mon compte.
Archimède : - Il est infecte, votre Muscadet.
Le barman : - Beh alors, un coup de rouge.
Archimède : - Assassin. Non mais vous l'entendez ? Il voulait m'buter au gros rouge.

Archimède : - Et voilà, on revient du labeur. On revient avec sa petite gamelle, on a fait réchauffer ses petites pommes au lard. Et maintenant, on va retrouver Bobonne, les mots croisés et la radio. BANDE DE FEIGNANTS. 

Le chef de station : - Dites-donc, vous, là. Oui, vous. C'est vous qui faites tout ce chambard ?
Arsène : - Oh, ben alors ça, Monsieur le chef de station, vous tombez bien, vous. On parlait justement de vous. On disait que votre station était bien tenue. C'est celle qu'on préfère. Hein ?
[Archimède fait éclater une bouteille de vin par terre.]
Le chef de station : - Oh, dites-donc, je vais vous faire emballer, moi, si vous faites des saloperies ici.
Arsène (s'adressant à Archimède) : - J't'avais dit qu'c'était un con.
Le chef de station : - Vous pouvez pas répondre au lieu de marmonner, là ? Qu'est ce que vous racontez, tous les deux ?
Archimède : - On dit qu'vous êtes un con. C'est t'y vrai ?

Archimède : - Monsieur Félix, vous allez foutre le camp. Je ne peux pas supporter votre tronche.
Félix : - Il ne faut pas se fier au physique des gens.
Archimède : Avec vous, si. Vous avez la gueule de travers et la mentalité biscornue. Vous êtes synchrone. Allez, hop, du vent. Et si à trois vous n'avez pas pris la porte, moi je vous fais prendre la fenêtre.

Félix : - J'ai le tibia en miettes.
Archimède : - Mais il est superbe, ton tibia.
Félix : - Le fumier.
Archimède : - C'est le péroné que tu dois avoir de pété. On va te mettre une attelle. Et après, faudra te plâtrer. T'en as pour deux mois. J'te dis qu'c'est rien.
Félix : - T'appelles ça rien, toi. Mais les jambes, dans mon métier, c'est ce qui me sert le plus. J'aimerais mieux avoir une fracture du crâne.
Archimède : - Tu vas en avoir une si tu continues à m'emmerder.


Archimède : - Eh ben moi, ce qui me les casse, c’est les faux affranchis, les pétroleurs syndiqués, les anars inscrits à la sécurité sociale. Ça refait la Chine, ça prend la Bastille, et ça se prostitue dans des boulots d’esclaves. Ah, ils sont beaux les réformateurs du monde... Le statisticien qui baguenaude un placard d’usurier, le chinetoque qui propage les danses tropicales, et le mange-merde qui prône la gastronomie. Ah, il est mimi le triumvirat ! Un beau sujet de pendule ! Allez, viens ma belle, qu’on foute le camp, qu’on voit plus ces affreux.

Archimède : - Vous avez pas de petits gâteaux, Madame, par hasard ?
Lucette : - Ah beh si c'est pour grignoter, je peux vous céder un paquet de petits beurres. Vous aimez ça ?
Archimède : - C'est pas pour moi, c'est pour mes chiens.
Lucette : - Oh beh alors, des vieilles croutes, ça suffit.
Archimède : - Pour les autres, sûrement. Mais pas pour les miens. Ils aboient en anglais.

Archimède : - Il est tiède.
Le nouveau patron : - Vous voulez de la glace ?
Archimède : - Tout corps plongé dans un liquide subit une poussée de bas en haut égale au volume du liquide déplacé. Pas de glace.
L'assureur : - Je conseillais à votre mari de prendre une police en votre faveur.
Le nouveau patron : - Un accident est vite arrivé, ma bichette.
Archimède : - Il peut même arriver du jour au lendemain. Avec votre cirrhose.
Le nouveau patron : - Ma cirrhose ?
Archimède : - Y'a qu'à vous regarder. Venez voir un peu ici dans la lumière. Venez voir. Mon pauvre ami, vous devez avoir le foie comme une champignonnière. J'suis sûr qu'avec un stéthoscope, on les entendrait pousser, vos granules.
Le nouveau patron : - J'vous préviens, j'aime pas ce genre d'astuce.
Archimède : - C'que j'en dis, c'est pour l'avenir de Bichette.
Le nouveau patron : - Ces astuces là aussi, je les aime pas. La mort, c'est sérieux. C'est pas un sujet de plaisanterie.
Archimède : - La mobilisation n'est pas la guerre, mon cher. Et j'trouve qu'on va arroser la dote de Madame.
Le nouveau patron : - Oui, et pas avec du casse-patte.
Archimède : - Ah non !
Le nouveau patron : - Avec du spécial.
Archimède : - Mais oui !
Le nouveau patron : - De la réserve au père Grégoire. J'pensais bien qu'il y aurait une occasion. La voilà.
[Le nouveau patron va à la réserve, vide à moitié une bouteille de vin, puis verse dedans du nettoyant pour cuivre (Miror).]
Le nouveau patron : - J'vais t'en foutre... d'la cirrhose... J'vais t'faire écouter pousser les granules, moi, tiens. Pour du spécial, ça va être du spécial. Ah le pourri. Si j'ai l'foie en fleur, j'sais pas en quoi il va être, le sien. Chromé, qu'il va être. Tout métal. Tiens, bec en zinc. Si t'en crève pas, mort aux cocus.
[Il revient dans la salle.]
Le nouveau patron : - Vous allez m'en dire des nouvelles.
Archimède : - Qu'est-ce que c'est ?
Le nouveau patron : - Du Tapanel supérieur, de la réserve. Gouttez-moi ça.
[Archimède bois un verre cul sec.]
Archimède : - Il manque un peu de moelleux. Ça doit être un coupage. Mais il est tonique, hein. On l'sent descendre.
[Le patron lui ressert un verre.]
Archimède : - On l'sent même vachement descendre. Vous permettez ?
[Archimède lui prend la bouteille.]
Archimède : - Il est taquin, on s'y ferait vite, hein ?
L'assureur : - Au revoir, Monsieur Pichon.
Archimède : - Tiens, Monsieur l'assureur, un p'tit verre avec nous ?
L'assureur : - Peut-être, mais alors sur le pouce.
Le nouveau patron : - MAIS PAS CUI-LA, PAS CUI-LA !
Archimède : - Comment, pas çui-là ? Quand y'en aura plus, on en fera remonter, quoi ! Allez, à la bonne nôtre, et rentrons-ça avant qu'y n'pleuve.
[L'assureur tombe aussitôt dans les pommes.]
Archimède : - Hey, est t'y bien assuré, lui au moins ?

Archimède (au caniche) : - Eh ben su tu veux qu'on s'entende, gars, il faudra changer tes manières. Chez moi, faut de la tenue. Plus question ni de faire le beau, ni de danser, mais de marcher à quatre pattes comme tout le monde. Si tu veux un sucre, tu le voles, si t'a envie de caresses, tu gueules, et si on t'emmerde, tu mords.

[Archimède est en train de nourir une petite chienne. Trois hommes-sandwichs s'assoient sur le band d'à côté.]
Le premier : - Donner du jambon à un clebs. Ah, on aura tout vu...
Le deuxième : - Quand on pense qu'y a des gens qui mangent pas leur compte.
Le troisième : - Tu l'as dit. Tiens, sans aller loin, aux Indes, parait d'après le journal qu'il y a soixante-dix millions de sous-alimentés, aux Indes. Si y voyaient ça...
Le deuxième : - Et en Chine ? Tu crois qu'ils tolèreraient ça, en Chine ? Un bol de riz par jour. C'est tout ce qu'on leur donne. Moi, j'veux bien que l'riz c'est nourrissant. M'enfin, c'est jamais que du riz. C'est pas du jambon. C'est vraiment se foutre des chinois, c'travail-là.
Archimède, parlant au chien : - Tu veux un p'tit bout de biscuit, ma belle ?
Le deuxième : - Un biscuit. Non, mais t'entends ça ?
Archimède, parlant au chien : - T'as plus faim ? Eh ben.
[Archimède se débouche une bouteille de Muscadet.]
Le troisième : - Et monsieur boit du vin bouché. Là, j'vous jure, ça dépasse tout. Le clochard, v'la qu'ça donne dans ce qu'il y a de luxe et dans l'appellation contrôlée.
Le premier : - Moi, ce genre-là, ça me les casses.
Archimède : - Eh ben moi, ce qui me les casse, c’est les faux affranchis, les pétroleurs syndiqués, les anars inscrits à la sécurité sociale. Ça refait la Chine, ça prend la Bastille, et ça se prostitue dans des boulots d’esclaves. Ah, ils sont beaux les réformateurs du monde... Le statisticien qui baguenaude un placard d’usurier, le chinetoque qui propage les danses tropicales, et le mange-merde qui prône la gastronomie. Ah, il est mimi le triumvirat ! Un beau sujet de pendule ! Allez, viens ma belle, qu’on foute le camp, qu’on voit plus ces affreux.

Le nouveau patron : - LUCETTE, MES GOUTTES ! N'oublie pas c'qu'a dit le médecin. Cinq. La posologie, ça s'appelle. Et de la posologie au veuvage, c'est une question de gouttes. 

vendredi 12 août 2016

Ça – Il est revenu en Blu-Ray Steelbook


     En attendant le remake prévu pour septembre 2017, Ça – Il est revenu va enfin sortir en Blu-ray le 12 octobre 2016. En effet, nous pourrons enfin nous procurer en Haute-Définition le téléfilm original de Tommy Lee Wallace, qui a choqué une génération entière de coulrophobes. 

Un édition Blu-ray... et des questions !
     Ce sera une édition Steelbook (boitier en fer), et la toute première du Blu-ray de cette mini-série d'environ 3 heures. Le Blu-ray devrait d'ailleurs nous proposer l'image dans son format d'origine 1.33.
     Plusieurs questions restent malheureusement en suspens. d'abord, est-ce que Warner va enfin réaliser une édition digne de ce nom, ou se foutre de nous comme d'habitude ? On se souvient de l'édition DVD avec un nouveau doublage bien inférieur au doublage original. On se souvient également que Warner est habitué des Blu-ray avec une piste VO en DTS-HD (donc Haute-Définition) et une piste VF en Dolby Digital (c'est à dire une piste de vulgaire DVD). Aura-t-on le doublage original ? Pas sûr. Aura-t-on une piste en HD ? Encore moins sûr.
     Autre question. Saluons d'abord l'initiative de cette nouvelle édition. Cependant, faut-il revoir ce film qui nous a traumatisé étant enfant, au risque d'être franchement déçu ? Après l'avoir revu des années après, je me rappelle avoir été très déçu par ce film, surtout à la fin, avec cette espèce d'araignée géante en papier mâché.

     Reste le prix plutôt doux de 14,99 € pour cette édition Blu-ray. Et la joie de retrouver Tim Curry dans le rôle du clown Grippe-Sou. Affaire à suivre, donc...

dimanche 3 juillet 2016

Roger Dumas est décédé !


Roger Dumas et Jean-Pierre Marielle, pour
la saison 3 de Chez Maupassant (2011).
     L'acteur et parolier Roger Dumas est mort ce dimanche 3 juillet 2016, à Paris, où il était hospitalisé depuis une douzaine de jours. Il avait 84 ans.

     Né le 9 mai 1932 à Annonay, Roger Dumas état un habitué des seconds rôles au cinéma, il laisse une filmographie impressionnante. Il a notamment joué dans plusieurs films de Claude Chabrol, dont Masques et L'ivresse du pouvoir. Il a également tourné pour Robert Hossein (Pardonnez nos offenses), Alain Corneau (Fort Saganne), Claude Zidi (Association de malfaiteurs), Olivier Assayas (Les Destinées sentimentales), Jean-Marie Poiré (Les visiteurs 2), Philippe de Broca (Tendre Poulet, aux côtés de Philippe Noiret et Annie Girardot ; L'homme de Rio avec Jean-Paul Belmondo), Jacques Deray (Le Marginal, toujours avec Belmondo), ou encore Jean Girault (Pouic-Pouic).

     Mais sa carrière ne se limitait pas au cinéma. En effet, Roger Dumas a également joué dans de nombreuses pièces de théâtre, comme Monte Cristo d'après Alexandre Dumas, Le Retour ou La Cerisaie. En 2006, il avait même obtenu le Molière du comédien dans un second rôle pour Moins deux, de Samuel Benchetrit.

Roger Dumas dans Le Marginal, avec Jean-Claude Dreyfus.
     Autre facette moins connue de Roger Dumas : il a été parolier pour divers interprètes, dont Chantal Goya et Sylvie Vartan. Il a en effet longtemps collaboré avec l'auteur-compositeur Jean-Jacques Debout, mari de Chantal Goya. Roger Dumas est d'ailleurs l'auteur des paroles du générique du dessin animé "Capitaine Flam". C'est également lui qui a écrit les paroles de la célèbre chanson de Chantal Goya : "Ce matin, un lapin...".

mardi 28 juin 2016

Décès de l'acteur Bud Spencer.


     L'acteur italien Bud Spencer, de son vrai nom Carlo Pedersoli, est décédé ce lundi 27 juin à 18h15, à l'âge de 86 ans. C'est son fils qui a annoncé la triste nouvelle au journal La Repubblica :
Le duo Bud Spencer / Terence Hill, tout simplement mythique !
« Papa s'est paisiblement envolé au ciel à 18h15. Il n'a pas souffert. Nous étions tous à ses côtés et ses derniers mots ont été "merci" ».

     Né à Naples le 31 Octobre 1929, l'acteur italien était surtout connu pour son mythique duo avec Terence Hill. Ils constituaient ensemble de véritables figures du Western spaghetti. Les deux acteurs auront tourné dix-sept films ensembles, dont les cultes : On l'appelle Trinita et On continue à l'appeler Trinita. Il mesurait 1,92 m et pesait 130 kg.


Avant d'être acteur, Carlo Pedersoli
était champion de natation.

On continue à l'appeler Trinita
Un champion de natation.
     Lorsqu'il débute sa carrière d'acteur, Carlo Pedersoli est alors champion de natation. Le 19 septembre 1950, il devient le premier Italien à passer en dessous d'une minute, avec un temps de 59 s 5. Il réussit même à abaisser le record d'Italie à 58 s 2. Il obtient sept titres nationaux et la médaille d'argent du 100 mètres nage libre des Jeux méditerranéens de 1951. Il joue également au water-polo à un haut niveau, puisque avec sa sélection nationale, il remporte la médaille d'or aux Jeux méditerranéens de 1955 et le championnat d'Italie 1956 avec la section nautique de la Lazio. Il parvient à atteindre les demi-finales du 100 mètres, aux Jeux Olympiques de 1952 et 1956.

Reconversion dans le cinéma, et duo avec Terence Hill.
Bus Pencer, vu par Marsault, après son décès...
     Il tourne pour la première fois en 1949 dans le film italien Quel fantasma di mio marito. Dix ans plus tard, il fera son premier film (toujours sous son nom de naissance) avec Mario Girotti dans le péplum Annibal. A partir de 1967, il commence à utiliser son pseudonyme de Bud Spencer (Bud d'après la bière Budweiser, Spencer en hommage à son idole Spencer Tracy). Mario Girotti prendra alors le pseudonyme de Terence Hill. Ils forment alors un duo et tournent ensemble Dieu pardonne... moi pas!. Ensemble, Bud Spencer et Terence Hill tourneront en tout dix-sept films, sur une période de vingt-sept ans, parmi lesquels On l'appelle Trinita, On continue à l’appeler Trinita, Maintenant, on l'appelle Plata, Deux Super-flics, Cul et chemise, Quand faut y aller, faut y aller, Les Superflics de Miami, et Petit papa baston. Entre temps, il fera également une carrière solo, avant de se faire plus rare dans les années 90 et 2000.

Cul et chemise

vendredi 3 juin 2016

Kaamelott le Film : Alexandre Astier est prêt à tourner.


   Les fans de Kaamelott attendaient ça depuis 2009, c'est-à-dire depuis la fin de la saison 6 qui racontait la jeunesse d'Arthur chez les Romains. La suite va enfin arriver, sous la forme d'une trilogie de films, et non d'une série.

François Rollin, dans le rôle du Roi Loth.
     La nouvelle avait été officialisée début décembre 2015. Mais cette fois, l'humoriste François Rollin (qui jouait le Roi Loth) a confirmé que le film « se tournera probablement en janvier [2017] et il est plus que vraisemblable que j’en fasse partie ». François Rollin garde en outre un très bon souvenir de la série d'Alexandre Astier : « Alexandre Astier est un garçon génial, il écrivait du sur-mesure pour ses acteurs. »



     En décembre 2015, Alexandre Astier avait déjà affirmé que la fin de la saga a toujours été une trilogie de films.
« La fin de la saga, dans mon esprit a toujours été une trilogie de films. Mais il y a une période que je veux raconter qui s’appelle Kaamelott Résistance, qui parle du moment où Arthur n’est pas en Bretagne et Lancelot est au pouvoir et où les personnages qu’on connaît sont partagés entre résistance et collaboration. Je me suis demandé si je devais retourner à la télévision pour la raconter. Et puis j’ai décidé que non. Parce que je ne pense pas qu'on puisse faire un grand un retour en télé, puis un autre grand retour au cinéma. »

     Concernant le traitement du film, Alexandre Astier avait poursuivi :
« Je ne pense pas écrire le même film aujourd’hui que si je l’avais écrit il y a 6 ou 7 ans. Ça va suivre ce que j’ai envie d’y voir maintenant, les acteurs avec lesquels j’ai envie de jouer, la couleur que j’ai envie d’y mettre. Elle aurait peut-être été plus sombre à l’époque, en sortant direct de la série. Mais maintenant que je ne suis plus dans le même état d'esprit, j’aurais peut-être plus envie de déconner. »

     Reste à savoir si le premier film débutera sur la trame de Kaamelott Resistance, ou si cette période sera contée en livre, comme il a été prévu un temps.

Sur le même thème :
       
Les meilleures répliques de Kaamelott.     Plus d'infos sur Kaamelott Résistance (lien externe)     Astérix par Alexandre Astier : Le domaine des Dieux.