vendredi 19 juin 2015

Guy Piérauld, la voix de Bugs Bunny, s'est éteint.



     Vous avez certainement déjà entendu sa voix : le comédien Guy Piérauld est décédé mardi 16 juin 2015, à l'âge de 90 ans. Voix française du lapin Bugs Bunny pendant près de quarante ans, mais aussi de Woody Woodpecker, Kiri le clown, le Lapin Blanc dans Alice au pays des merveilles, ou encore Dupont dans le long-métrage Tintin et le Lac aux requins.

     Il doublait aussi des acteurs et fut la voix de Red Buttons dans la série Max La Menace. Il menait en parallèle une carrière d'acteur et joua pour Alain Resnais, François Truffaut, Édouard Molinaro, Yves Robert, Philippe de Broca...
     De 1992 à 1994, il était aussi Monsieur Albert dans la série de TF1 Le miel et les abeilles.

     Il a commencé sa carrière de comédien à l'âge de 14 ans, lorsqu'il joue à l'école Louis XI, dans une pièce de Théodore de Banville, Gringoire, mise en scène par son instituteur. Il enchaîne alors les spectacles scolaires, tout en travaillant en parallèle aux usines Berliet puis dans une pharmacie. A 16 ans, en 1941, il est engagé par un metteur en scène parisien venu à Lyon faire passer des auditions. Guy part alors en tournée en province et au Maghreb pour jouer Colin dans George Dandin de Molière.

     C'est à 17 ans, alors qu'il doit se forcer à parler de façon enrouée lors d'une scène, qu'il se lèse une corde vocale, ce qui lui donnera son timbre de voix si particulier et unique.

     C'est bien plus tard que Roger Carel (la voix de Alf, Astérix, Benny Hill...) le poussera à apprendre l'art du doublage, avec son rôle majeur de voix de Woody Woodpecker et Bugs Bunny.

     Lorsque la Warner prend la décision totalement idiote (oui, j'ose le dire) de redoubler les Looney Tunes par d'autres comédiens de doublage, Guy Piérauld en est très affecté.


mercredi 17 juin 2015

Jean Rochefort met fin à sa carrière au cinéma et au théâtre.


---------------------Mise à jour---------------------
L'acteur français de 85 ans a finalement démenti qu'il avait pris la décision d'interrompre sa carrière au cinéma.

Il explique à BFMTV qu'il s'est moqué du journaliste : « Il y avait un vilain monsieur qui m'a posé la question [de savoir si ce serait son dernier film] et je lui ai répondu croyant avoir de l'humour, "mais bien sûr". » Au passage, Mathieu Charrier, le journaliste d'Europe 1 appréciera de se voir qualifier par Jean Rochefort d'« espèce d'espion atroce et tout petit ». La journaliste de BFMTV lui demande donc de confirmer : « Si un bon film se présente à vous, vous y allez ? Réponse de l'intéressé : « Oui, et de plus en plus le mot utile m'obsède. Que ce soit utile. »
--------------------------------------------------------




     En février 2013, alors qu’il faisait la promotion de L’Artiste et son modèle, il avait déjà affirmé : « J’ai déjà décidé de ne plus jouer au théâtre. A moins que je tombe sur un projet de film qui me bouleverse, j’arrêterai aussi le cinéma. Et je serai très heureux que ce soit avec ce film-là. » Quelques jours, plus tard, il nuançait ses propos sur France Inter, déclarant qu’il était lassé de recevoir de mauvais scénarios.

     Mais cette fois-ci, Jean Rochefort semble décidé à définitivement se retirer du cinéma. Il a d'ailleurs déclaré à Europe 1, avec son humour habituel : « Je vais épargner le public maintenant, je ne veux pas faire de film d’épouvante, donc, il vaut mieux s’arrêter ». Il a également précisé qu'il ne veut pas « jouer un vieux pépé dans un coin, agitant ses mains près de la cheminée ». Le comédien a également mit fin à sa carrière au théâtre.




     « Je croyais que ce serait le dernier et j'ai recommencé », a-t-il expliqué au micro d'Europe 1. Jean Rochefort sera en effet à l'affiche de Floride, un film de Philippe Le Guay, avec Sandrine Kiberlain et Laurent Lucas, qui sortira le 12 août 2015. Il y joue le rôle d'un homme qui a des oublis et des accès de confusion qu'il refuse pourtant de reconnaître. Sur un coup de tête, il décide de s'envoler pour les États-Unis.

      Jean Rochefort, qui a reçu en 1999 un César d'honneur pour l'ensemble de la carrière, se voit désormais "écrire", puisqu'il est arrivé que "quelques éditeurs" acceptent déjà de publier ses œuvres. En octobre 2013, l'acteur du Grand blond avec une chaussure noire avait publié Ce genre de choses chez Stock.